peluche


peluche

peluche [ p(ə)lyʃ ] n. f.
• 1591; de l'a. fr. peluchier ( éplucher), bas lat. pilucare, de pilare « épiler »
1Tissu à armure façonnée, à poils moins serrés et plus longs que ceux du velours. Peluche de laine, de coton, de soie. Chapeau de peluche.
Animal, ours en peluche. Une peluche : un animal en peluche. Enfant qui collectionne les peluches.
2Flocon de poussière ( mouton); poil détaché d'une étoffe. Pull qui fait des peluches. boulocher, pelucher.
⊗ HOM. Pluches.

peluche nom féminin (ancien français peluchier, éplucher, du latin populaire piluccare) Étoffe analogue au velours, faite de laine, de coton, de soie, de poil de chèvre, de duvet de cygne ou de fibres synthétiques, et ayant un poil très long d'un côté. Jouet représentant un animal familier en peluche. Flocon de poussière.

peluche
n. f. étoffe de laine, de soie, de coton, analogue au velours mais de poil plus long. Ours en peluche.
Objet en peluche.

⇒PELUCHE, subst. fém.
A. —Étoffe de laine, de soie, de fil ou de coton, présentant sur une face des poils soyeux et brillants plus longs et moins serrés que ceux du velours auquel elle s'apparente, et que l'on utilise dans l'ameublement, dans la confection et surtout dans la fabrication des jouets d'enfants en forme d'animaux. Peluche de laine, de soie; couverture, fauteuil, rideaux de peluche; casquette de peluche; manteau doublé de peluche; ours de/en peluche; animaux, jouets en peluche. Elles retrouvèrent un petit chapeau de peluche, à longs poils, couleur marron (FLAUB., Coeur simple, 1877, p.49). La table carrée était recouverte d'un tapis de velours ou de peluche verte, avec des ronds profonds laissés par les tasses de thé chaud (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p.279):
♦ ... elle l'attendait [son avenir] passivement, (...) gardant ses cahiers d'écolière, ses couronnes de prix, (...) toute son enfance bien classée, et qu'elle eût conservée en entier dans sa chambre même, si son père, quelquefois, n'avait pris d'autorité quelque lapin de peluche (adoré) (...), et ne l'avait monté au grenier.
MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p.1090.
P. méton. Fil, poil détaché d'une étoffe. Puis c'étaient des taquineries. Elle lui passait les assiettes fêlées, lui mettait un pied de la table entre les jambes, laissait à son verre les peluches du torchon (ZOLA, Conquête Plassans, 1874, p.1087). Recouvrir la table de plusieurs épaisseurs de molleton (...), le tout enveloppé d'un linge bien blanc, de préférence en coton, la toile laissant des peluches sur les lainages foncés (Lar. mén. 1926, p.1043).
P. anal., fam. Flocon de poussière. Synon. chaton (v. ce mot B 2), mouton (v. ce mot C 1 c). V. floquet ex.
B.SPORTS. Tissu synthétique antidérapant que les skieurs ajustent sous leurs skis quand ils veulent gravir une pente chaussés de leurs skis (d'apr. GAUTRAT Ski 1969).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. JANIN, Âne mort, 1829, p.145: pluche. Étymol. et Hist.1. 1591 «étoffe de soie analogue au velours, mais moins ras» neuf aulnes peluche noire (Arch. nat., KK 147, f° 18 v° ds GAY); 1723 «étoffe de toute matière analogue au velours» (SAVARY); 2. 1680 bot. (RICH.: Anémone à peluche rouge). Dér. de l'a. fr. peluchier «éplucher, nettoyer des poils embrouillés», ca 1180 (MARIE DE FRANCE, Fables, 3, 8 ds T.-L.) qui représente un lat. de basse époque , issu par syncope de , fréquent. de ; ce dernier, conservé en Occitanie sous la forme peluca «pincer, tirer, éplucher» est dér. de pilare (v. peler) sur le modèle de manducare (v. manger). Fréq. abs. littér.:99.
DÉR. Peluché, -ée, adj. a) [En parlant d'une étoffe et p.méton. d'un vêtement, d'une pièce de linge] Qui est fait d'un tissu analogue à la peluche; qui a l'aspect de la peluche. Serviette peluchée. J'enrichirai si bien l'apprenti qu'il pourra festoyer son ancien maître sur une nappe peluchée, dans une bonne et solide vaisselle d'argent (BANVILLE, Gringoire, 1866, 2, p.17). b) Dont l'usure, le frottement a fait sortir le poil. Drap peluché (Lar. Lang. fr.). c) [En parlant d'un végétal] Recouvert de petits poils soyeux. Synon. duveté (v. ce mot A 2 b), duveteux (v. ce mot A 3), velu, villeux (sc.). Feuille, fleur, tige peluchée. Anémone peluchée (Ac. 1798-1878). []. 1res attest. a) 1764 bot. «velu» anemone peluchée (MORIN, Traité des fleurs, p.78 ds DG) —Lar. 20e; b) 1762 «qui a de longs poils d'un côté» bas peluchés (Ac.); c) 1872 «dont l'usure, le frottement fait sortir le poil» drap peluché (Lar. 19e); de peluche, suff. .
BBG. —HOPE 1971, p.149, 215-216.

peluche [p(ə)lyʃ] n. f.
ÉTYM. 1591; de l'anc. v. peluchier (→ Éplucher), du lat. pop. pilucare, du bas lat. pilare « épiler ». → Peler.
1 Tissu à armure façonnée, à poils moins serrés et plus longs que ceux du velours. || Peluche de laine, de coton, de soie (fond de coton et poils de soie)… || Cache-pot (cit.), rideau (→ Embrasse, cit.), tapis de peluche (→ 1. Mou, cit. 2). || Chapeau de peluche.Animaux en peluche (jouets d'enfants). || Ours en peluche.
1 Et vraiment cette région de l'Inde pourrait se passer des quelques rizières que l'on voit çà et là chatoyer comme des carrés de peluche soyeuse.
Loti, l'Inde (sans les Anglais), III, XI.
2 (…) elle n'entra pas sans s'être courbée devant un paravent que l'on avait placé près de la porte et appliqua l'œil à un endroit où la peluche rouge de ce meuble était déchirée.
J. Green, Léviathan, I, III.
tableau Noms et types de tissus.
2 Une peluche, ou, fam. et régional, une pluche : flocon de poussière; pelote de menues fibres détachées d'une étoffe.
DÉR. Peluché, pelucher, pelucheux.

Encyclopédie Universelle. 2012.